L'histoire se répète-t-elle ?

Avec les Hommes ? avec les hommes ?


10 % d'hommes dans mes ateliers de philosophie. Et les hommes m'intéressent ! Leurs pensées et réactions du moins. Alors j'ai créé un atelier spécial hommes. 10 participants en 2 séances, un plaisir savoureux.

La question semble simple comme souvent.

Je structure pour qu'on approfondisse, pour qu'on sache de quoi on parle exactement, qu'on explore les hypothèses et leurs implications, pour qu'on ne s'éparpille pas entre actualité brulante, hors sujets, arguments répétés, ...

Surement en sortant de l'atelier pensera-t-on un peu différemment et nous prolongerons la discussion dans nos esprits quand les mots d'"histoire", "répétition" seront prononcées à la radio, dans un diner, par un proche.


Quand prenons-nous 2 heures pour réfléchir sur un mono-sujet, par nous-mêmes, hors des sujets de travail ? Sans le truchement des médias ou les interruptions des conversations à bâtons rompus.

Quand prenons-nous le temps de se confronter à la pensée d'autres personnes, hors sujets boulot ?


Prochain atelier ce lundi 3 mai et ce JEUDI 6 mai : Ethique et Vie moderne.

Inscriptions ouvertes


Regard rapide sur quelques questionnements des ateliers des 13 et 20 avril 2021 :

Est-ce que l’histoire est condamnée à se répéter malgré les apprentissages car l’homme conserve un fonctionnement similaire depuis qu’il est né homme ? Et si nous avions une vision autre que linéaire dans notre progression : l’humain fait certes des pas en arrière mais il progresse : psychiquement, institutionnellement. Il apprend à raconter son histoire de façon plus critique et objective, et ainsi à résoudre les conflits, ses ambitions, son bonheur autrement.

Dans la répétition, transmettons-nous toujours la même histoire ?

Qui décide de comment la transmettre ? La culture washing ?

L'histoire n'est-elle pas revisitée par le prisme de l'actualité ? ....

Quand on prend un télescope pour voir notre histoire de loin, on voit que les évènements se répètent : persécution des peuples opprimés, critique de la jeunesse, intérêts politiques plus qu’éthiques. Si l’histoire se répète alors nous pouvons prédire le futur dans ses cycles de malheurs comme ses moments d'euphorie ?

Et pourquoi ne pas répéter la même histoire si c'est celle de la quiétude ?

Un peuple sans histoire n'est-il pas plus heureux ?

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout